Risque sismique, Amphithéâtre information - FAQ Accueil des visiteurs Hall principal : Du séisme au risque sismique Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Hall 2 : Ma maison parasismique Espace témoignages Amphithéâtre information - FAQ Esplanade : Qu'est-ce qu'un séisme

Glossaire et siglesGlossaire

Aléa sismique

L’aléa est une estimation de la probabilité qu’un événement naturel survienne dans une région donnée et dans un intervalle de temps donné. L’aléa sismique   est donc la probabilité, pour un site, d’être exposé à une secousse tellurique de caractéristiques données. L’évaluation de l’aléa sismique   intègre la magnitude  , l’ampleur et la période de retour   des séismes.

Approche déterministe

Dans cette méthode, le séisme   maximum historiquement connu qui s’est produit à l’intérieur d’une zone sismotectonique   est supposé pouvoir se reproduire en tout point de la zone. On ne fait donc pas appel à des notions de période de retour  . C’est ce type de zonage qui est actuellement utilisé pour l’application des normes parasismiques des installations à risque spécial et des installations nucléaires de base.

Approche probabiliste

Dans cette méthode, un catalogue de sismicité   le plus complet possible est utilisé pour estimer la probabilité d’occurrence de différents niveaux d’agression sismique, en général exprimée par l’accélération du sol. Le principe de base est que, dans une zone sismotectonique   donnée, il existe une relation linéaire entre le nombre de séismes dépassant une certaine magnitude   et cette magnitude  . Utilisant cette relation et des calculs d’atténuation du mouvement sismique avec la distance, il est possible de calculer en tout point du territoire les accélérations maximales du sol associées à différentes périodes de retour.

Asthénosphère

Partie ductile du manteau terrestre, directement située sous la lithosphère   rigide. Son épaisseur varie entre environ 100 km sous les océans (quelques kilomètres au niveau des rifts océaniques) et environ 250 km sous les continents.

Collision continentale

Le phénomène de collision continentale   est la confrontation de deux plaques continentales qui suit la disparition des lithosphères océaniques par subduction   ; il est à ce titre la deuxième phase du phénomène de convergence  . La collision provoque la formation de structures géologiques comme les plis, chevauchements et nappes de charriage et entraîne à terme une orogenèse  .

Convergence

Mouvements de rapprochement de deux plaques lithosphériques. L’une peut plonger sous l’autre (subduction  ) ou elles peuvent entrer en collision et créer ainsi une chaîne de montagne. Les zones de convergence   sont caractérisées par une forte sismicité   et des reliefs élevés.

Croûte

Couche de roches situées près de la surface de la Terre. Les continents et les bassins océaniques en font partie. Sous les océans, la croûte   mesure environ 5 km d’épaisseur, tandis que sous les continents, l’épaisseur moyenne est de 35 km. Le croûte   se compose entre autres de basalte et de granite. Le basalte est la principale composante de la croûte   océanique tandis que le granite se retrouve principalement dans la croûte   continentale.

Distance épicentrale

Distance par rapport à l’épicentre. Quand on est « près » du séisme  , on donne souvent la distance épicentrale   en km (d). Quand on est plus loin, on la donne en degrés (D).

Divergence

Mouvements d’écartement de deux plaques lithosphériques. La divergence   est le phénomène à l’origine de la naissance et de l’expansion des océans.

Effets de site

Modification des mouvements sismiques du fait de la résonance des ondes sismiques produite par la topographie du relief (effets de sites dits topographiques) ou par la présence de formations géologiques superficielles meubles (effets de sites dits géologiques). Le plus souvent, les effets de site   conduisent à une amplification des mouvements sismiques.

Effets induits

Phénomènes naturels provoqués ou induits par les séismes, et dont les effets s’ajoutent à ceux liés aux mouvements du sol. Les principaux effets induits   sont les mouvements de terrain, le phénomène de liquéfaction   des sols-, et les tsunamis.

Enjeu

Les enjeux sont constitués par les personnes, les biens, les équipements et l’environnement potentiellement menacés par un aléa : on peut hiérarchiser les enjeux en fonction de leur importance avant, pendant et après une crise et en estimer la vulnérabilité   face à une intensité   donnée d’un événement naturel donné.

Faille

Fracture ou zone de rupture dans la roche, le long de laquelle les deux bords se déplacent l’un par rapport à l’autre.

Foyer/hypocentre

Point de départ de la rupture des roches.

Intensité

Classification de sévérité de la secousse au sol en fonction des effets observés (personnes, objets, bâtiments…) dans une zone donnée. Les deux principales échelles utilisées en France (MSK64 et EMS-98) comportent 12 degrés (notés en chiffres romains). Le degré I correspond à une secousse imperceptible (même dans des circonstances favorables), les dégâts aux bâtiments commencent au degré V et deviennent importants (destructions de bâtiments) à partir de VIII. Le degré XII caractérise une catastrophe généralisée, les effets atteignant le maximum concevable. L’échelle EMS-98 constitue aujourd’hui l’échelle de référence en Europe.

Isoséiste

Courbe reliant les lieux ayant subi la même intensité   sismique

Liquéfaction

La liquéfaction   des sols désigne le phénomène physique de passage des sols d’un état solide à un état liquide. Ce changement d’état s’observe dans le cas de forts mouvements sismiques appliqués à des sols granulaires (sables) saturés en eau.

Lithosphère

Couche externe et rigide de la Terre au-dessus de l’asthénosphère  . Elle inclut la croûte   et la partie superficielle du manteau. Elle est caractérisée par ses propriétés mécaniques (solide et cassante) et thermiques (propagation de chaleur par conduction). Elle est constituée d’un certain nombre de plaques tectoniques qui se déplacent les unes par rapport aux autres.

Magnitude/Échelle de Richter

La magnitude   représente l’énergie libérée par une source sismique sous forme d’onde pendant un séisme  , elle est estimée à partir de l’enregistrement du mouvement du sol pendant un séisme   par des sismomètres. C’est une valeur caractéristique de la « puissance » d’un séisme  . L’« échelle de Richter » mesure la magnitude   des séismes. Elle n’a, par définition, aucune limite théorique (ni inférieure ni supérieure). Se fondant sur des critères physiques (taille maximale d’une secousse tellurique et énergie rayonnée correspondante), on estime néanmoins qu’une valeur limite doit exister : la magnitude   des plus violents séismes connus à ce jour ne dépasse pas 9,5. A partir d’une magnitude   5,5 un séisme   dont le foyer   est peu profond peut causer des dégâts notables aux constructions.

Mouvement de convection

Mouvement dû à la chaleur interne de la terre qui anime la roche en fusion du manteau.

Onde sismique

Onde élastique se propageant à l’intérieur de , engendrée généralement par un séisme   ou par une explosion.

Orogenèse

Ensemble des événements aboutissant à la formation d’une chaîne de montagne.

Période de retour

Durée moyenne entre deux événements de même ampleur.

Répliques

Séismes succédant, dans une zone proche, à un autre séisme   (dit séisme   principal).

Risque naturel

La circulaire n° 88-67 du 20 juin 1988 relative aux risques naturels et au droit des sols distingue deux notions : le phénomène naturel et le risque naturel  .
Le phénomène naturel s’oppose au phénomène anthropique, c’est-à-dire provoqué par une action humaine. Il peut être soit localisé (c’est-à-dire lié aux caractéristiques physiques du milieu), soit délocalisé (c’est-à-dire survenant dans un espace quelconque - les phénomènes atmosphériques pour l’essentiel).

La notion de risque suppose à priori l’existence de biens ou d’activités (généralement des établissements humains) dommageables. On parle de risque naturel   quand un phénomène naturel susceptible de se produire expose des biens et activités à des dommages et des personnes à des préjudices.

La catastrophe naturelle correspond à des dommages importants résultant d’une intensité   anormale du phénomène naturel. Le risque majeur résulte de la conjonction d’une catastrophe naturelle et de l’existence de biens et activités vulnérables.

Risque sismique

Le risque sismique   d’un site est un risque naturel   lié à l’activité sismique. Il est la conjonction d’un aléa sismique   et d’une vulnérabilité   des personnes, des biens et des activités sur ce site. La nature et la vulnérabilité   des enjeux (économiques, patrimoniaux, sociaux…) sont primordiales pour l’évaluation du risque sismique  .

Séisme/Tremblement de terre

Ce sont des vibrations de l’écorce terrestre provoquées par des ondes sismiques qui rayonnent à partir d’une source d’énergie élastique créée par la rupture brutale des roches de la lithosphère   (partie la plus externe de la terre).

Sismicité

Distribution géographique des séismes en fonction du temps.

Sismogramme

Représentation graphique de l’enregistrement d’une onde sismique  , réalisé au moyen d’un sismomètre  .

Sismologie

Science qui étudie les tremblements de terre naturels ou artificiels, et d’une manière générale la propagation des ondes sismiques à travers

Sismomètre/Séismomètre

Détecteur des mouvements du sol qui comporte un capteur mécanique, un amplificateur et un enregistreur.

Spectre de réponse élastique

C’est une courbe donnant l’accélération en fonction de la période. Le spectre correspond à l’accélération maximale d’un oscillateur simple en fonction de sa période propre et de son amortissement critique. Il dimensionne le mouvement sismique à prendre en compte dans les règles de construction.

Subduction

Processus intervenant lors de la convergence   entre deux plaques tectoniques. Une plaque plongeante va retourner dans l’asthénosphère   en prenant appui sur une plaque chevauchante. Il peut s’agir de deux plaques océaniques entre elles ou d’une plaque océanique et d’une plaque continentale. Les zones de subduction   ont une topographie aux forts reliefs positifs et négatifs et sont le siège d’une activité géologique importante.

Tectonique des plaques

La tectonique des plaques   (d’abord appelée dérive des continents) est le modèle actuel du fonctionnement interne de la Terre. Elle est l’expression en surface de la convection qui se déroule dans le manteau terrestre. La lithosphère  , couche externe de la Terre, est découpée en plaques rigides qui flottent et se déplacent sur l’asthénosphère  , plus ductile.

Tsunami

En japonais, tsunami   vient de tsu « port » et nami « vague ». C’est un raz de marée généralement provoqué par un mouvement brutal du fond de la mer, par exemple au cours d’un séisme   sous-marin, d’un mouvement de terrain sous marin ou d’une éruption volcanique sous marine.

Vulnérabilité

Les ouvrages humains (constructions, équipements, aménagements, etc.) ne sont pas tous capables d’absorber et de dissiper, sans dommage (rupture), les efforts transmis par les ondes sismiques. Selon leur nature et leur conception ils sont plus ou moins vulnérables à ces sollicitations.
Des règles de construction parasismique sont imposées pour réduire cette vulnérabilité   dans les zones sismiques.

Zone sismotectonique

Zones géographiques dans lesquelles la probabilité d’occurrence d’un séisme   de caractéristiques données (magnitude  , profondeur focale) peut être considérée homogène en tout point : ces zones s’articulent en général autour d’une même faille   ou d’une même structure tectonique.

Sommaire