Actualités, Lettre du Plan Séisme

ActualitésUn séisme ressenti à Mayotte

Lundi 27 janvier 2014

Ce que l’on sait du séisme   mahorais du 12 décembre 2013

Un séisme   relativement important a été ressenti le 12 décembre 2013 vers 21h20 (heure locale) dans une grande partie de l’archipel de Mayotte. En particulier, des témoignages indiquent que le séisme   a été ressenti pendant quelques secondes à Iloni, Ouangani, Kangani ainsi que dans la préfecture Mamoudzou. Ce séisme   n’a cependant pas été enregistré par les organismes internationaux. Bien que la couverture de ces réseaux soit faible dans cette région de l’océan Indien, cela suggère que la magnitude   du séisme   était vraisemblablement inférieure à 5, sans quoi cet événement aurait sans aucun doute été signalé par les organismes internationaux.

Le BRGM? est membre du RAP et à ce titre son implantation régionale à Mayotte entretient deux stations accélérométriques, l’une sur l’île Glorieuse et l’autre dans les bureaux de la représentation locale du BRGM à Kawéni (Mamoudzou).

Accélérations verticale en bleu et horizontales enregistrées
Accélérations verticale en bleu et horizontales enregistrées
Source : BRGM?/RAP?

Le séisme   a été bien enregistré sur cette dernière station. Après analyse, la magnitude   de l’événement est probablement comprise entre 4,0 et 4,5, et l’épicentre serait situé à une soixantaine de kilomètres de Mamoudzou. Cependant cet unique enregistrement ne permet pas de localiser précisément l’épicentre. La prochaine rotation sur l’archipel inhabité des Glorieuses permettra peut-être de récupérer un enregistrement sur la seconde station du RAP? et d’affiner ces éléments.

Il est cependant d’ores et déjà possible de parler d’un séisme   mahorais, dans la mesure où ce dernier n’a semble-t-il été enregistré qu’à Mayotte.

Une sismicité   modérée mais relativement mal connue à Mayotte

Un rapport du BRGM de 2000 relève que la sismicité   est réelle comme en témoigne par exemple l’événement du 1er décembre 1993 (intensité épicentrale VII-VIII ; magnitude   Mb=5,2 ; profondeur 10 km) qui est heureusement survenu en mer à une quarantaine de kilomètres à l’Ouest de l’île principale. Ce séisme   est le plus fort relevé dans l’archipel comorien depuis au moins 60 ans. Des dommages nombreux ont été relevés sur des cases d’habitation à Mayotte.

L’archipel des Comores présente, le long de ses 500 kilomètres, une sismicité   diffuse qui a probablement une double origine volcanique et tectonique. Cette sismicité   est cependant régulière avec une fréquence relativement importante de séismes de magnitude   proche de 5 (au moins cinq séismes relevés au cours de ces 30 dernières années). En revanche, aucun séisme   destructeur de magnitude   supérieure à 6 n’a été enregistré à proximité de Mayotte.

La sismicité   dans cette région demeure à ce jour relativement mal connue. Une étude d’aléa sismique   plus approfondie permettrait de mieux connaître la sismicité   de la région et les périodes de retour associées à des événements pouvant impacter le bâti.

Un territoire concerné par la nouvelle réglementation parasismique

Alors que Mayotte était hors du cadre réglementaire national jusqu’en 2011, la nouvelle réglementation parasismique s’y applique désormais. Le département de Mayotte est ainsi entièrement situé en zone de sismicité   modérée (zone de sismicité   3). Cette classification est en cohérence avec la sismicité   reconnue dans cette région.

Pour mémoire, dans une telle zone de sismicité   modérée les constructions nouvelles et les modifications importantes de bâtiments de catégories d’importance II à IV sont concernées par la réglementation parasismique.

Sommaire