Prévention, Accueil visiteurs Accueil visiteurs Plan du Salon Espace Plan Seisme Antilles Espace Information Espace Construction Forum des partenaires Espace Tsunami Espace Concertation

Accueil visiteursObjectifs du plan séisme

Mardi 8 octobre 2013

La possibilité qu’un séisme   fort se reproduise et engendre des victimes et des dégâts importants est avérée en France métropolitaine et aux Antilles .

Le séisme   de magnitude   6,3 survenu au large de la Guadeloupe le 21 novembre 2004, il y a un an nous l’a rappelé. Un séisme   à Fort de France tel qu’il s’est produit en 1839, pourrait y provoquer aujourd’hui jusqu’à 4 700 morts. Un séisme   du même type que celui qui est survenu à Lambesc près de Salon de Provence, le 11 juin 1909, pourrait causer de 400 à 1000 morts et 700 millions d’Euros de coûts économiques directs.

La rareté des séismes graves sur notre territoire démobilise les décideurs et la population qui n’acquièrent pas une culture du risque et des comportements nécessaires à sa sûreté. A plusieurs reprises, les inspections générales des Ministères et des experts ont attiré l’attention des pouvoirs publics sur l’occurrence des séismes et la vulnérabilité   grandissante de notre société face à ce phénomène.

Or, il est possible d’engager des actions efficaces avant que le séisme   n’ait lieu. Les connaissances sur le risque sont suffisantes pour agir, les recommandations sont connues et font l’objet d’un large consensus. Celles-ci sont extrêmement diverses et concernent un grand nombre d’acteurs, publics et privés.

A ce titre, le Gouvernement a décidé d’engager sur les six années à venir, un programme national de prévention du risque sismique  . L’objectif est de réduire la vulnérabilité   au risque sismique  . Sa stratégie consiste à favoriser une prise de conscience des citoyens, des constructeurs et des pouvoirs publics, mais aussi à mettre en œuvre avec fermeté des dispositions déjà adoptées et de poursuivre l’amélioration des savoir-faire.

Le programme national de prévention du risque sismique   s’inscrit pleinement dans le cadre de la politique gouvernemental de développement durable et s’attache à responsabiliser les acteurs locaux. Il permettra de préserver des vies humaines. En réduisant la vulnérabilité   des personnes et des biens, il valorise le patrimoine national et améliore la qualité de la construction.

Dégâts à Rognes après le séisme de 1909
Dégâts à Rognes après le séisme de 1909
Habitations détruites à Rognes (13), suite au séisme du 11 juin 1909

Il comprend quatre axes :

1 Approfondir la connaissance scientifique de l’aléa, du risque et mieux informer sur celui-ci

Un effort de formation des professionnels de la construction sera engagé, depuis les maîtres d’ouvrage et les concepteurs jusqu’au personnel de chantier. La culture du risque sera étendue par des actions ciblées dans les secteurs les plus dangereux, en partenariat avec les collectivités locales. Le décret qui prévoit l’information des acquéreurs et des locataires entrera en vigueur le 1er juin 2006. Enfin, les études locales de connaissance du risque sismique   passeront du stade expérimental au stade opérationnel par la généralisation de l’évaluation locale du risque sismique   dans les secteurs à fort enjeu   humain et économique.

2 Améliorer la prise en compte du risque sismique   dans la construction

La France mettra en oeuvre en 2006 les recommandations européennes « Eurocode 8 ». Après concertation avec les élus, un nouveau zonage prenant en compte l’avancée des connaissances devrait être mis en oeuvre en 2006, ainsi qu’une nouvelle réglementation plus efficace. Des mesures d’incitation fiscale ou financière pour le diagnostic et le renforcement des constructions privées existantes seront étudiées. Il sera élaboré des guides explicitant les méthodes de diagnostics et de renforcement qu’il est possible d’utiliser. Le travail de recensement du bâti stratégique lancé en 2002 sera relancé et son élargissement sera étudié. L’Etat mettra en place un dispositif législatif et réglementaire permettant de s’assurer que les constructions nouvelles qui présentent les enjeux humains et économiques les plus importants respectent les règles parasismiques, depuis leur conception jusqu’à leur achèvement, grâce notamment à l’intervention, à tous les stades de l’opération, d’un contrôleur technique du bâtiment. Un premier décret est paru en 2005 sur ce sujet. Des solutions faciles à mettre en oeuvre seront mises à disposition des constructeurs de maisons individuelles et des petits bâtiments.

3 Concerter, coopérer et communiquer entre tous les acteurs du risque

Le Programme National de Prévention du Risque Sismique   s’appuiera sur une concertation étroite avec les collectivités territoriales, ainsi qu’avec les professionnels de la construction. La communication entre tous les acteurs sera renforcée.

4 Contribuer à la prévention du risque de tsunami  

La recherche aura notamment pour tâche d’identifier, quantifier et cartographier les failles marines, de modéliser et approfondir la compréhension des phénomènes de rupture, de glissement de terrain et de volcanisme sous-marins à l’origine de tsunamis. Les zones du littoral antillais et méditerranéen pouvant être touchées par des tsunamis seront identifiées suite à des simulations numériques. La réalisation de systèmes de surveillance opérationnels pérennes sera envisagée sous l’égide de l’UNESCO : par exemple, réseau de capteurs à terre et en mer profonde, centre de traitement des informations.

Bibliothèque