Actualités, Lettre du Plan Séisme

Lettre du Plan SéismeLettre du Plan Séisme - janvier 2010

Samedi 2 janvier 2010

BONNE ANNÉE 2010

L’équipe du site internet du Plan-Séisme   tient à souhaiter une très bonne année 2010 à toutes et à tous ! Tous nos vœux pour cette nouvelle année qui marque également l’achèvement du Plan-Séisme  , lequel mobilise depuis 2005 services de l’Etat, scientifiques, professionnels et grand public autour d’un même objectif : une meilleure prévention du risque sismique   en France.
Outre les nombreuses actions déjà menées tant au niveau national que régional dans le cadre de ce programme interministériel, 2010 s’annonce d’ores et déjà riche avec de nombreux projets en cours et l’évolution prochaine de la réglementation parasismique.

DÉCLINAISON DU PLAN-SÉISME   GRAND-OUEST

Les actions engagées depuis 2007 par le comité de pilotage interrégional Grand-Ouest du Plan-Séisme  , avec l’appui technique du CETE? de l’Ouest et du BRGM?, visent en priorité à préparer l’information, la formation et la communication sur l’aléa et le risque sismiques, ainsi que sur les futures dispositions constructives.

C’est ainsi qu’ont notamment été organisées en 2008 :

  • une journée de formation du comité de pilotage du Plan-Séisme   Grand-Ouest portant plus particulièrement sur la réglementation parasismique en vigueur (normes PS-92) et son évolution (Eurocode 8) ;
  • une journée de sensibilisation à l’intention des services de l’Etat des régions Bretagne et Basse-Normandie. L’objectif de cette journée était de fournir aux services les éléments essentiels nécessaires à l’accomplissement des actions à conduire en termes de prévention, information et de contrôles ainsi qu’à l’accompagnement de la sortie prochaine des nouveaux textes réglementaires. Une partie de la région Basse-Normandie étant actuellement située en zone de sismicité   faible, cette journée a notamment été l’occasion de présenter la « Charte des bonnes pratiques de gestion du risque sismique   en construction pour la Basse-Normandie » par la Fédération Française du Bâtiment.

Le plan d’actions du Plan-Séisme   Grand-Ouest pour 2010 et 2011 prévoit notamment la poursuite et l’intensification des actions d’information, de formation et de communication, avec une mise en œuvre effective et un déploiement au niveau départemental et communal ainsi qu’auprès des différents publics concernés.

Quatre actions de sensibilisation au risque sismique   et à la réglementation parasismique sont actuellement en cours de finalisation :

  • classeur pédagogique : Le BRGM et le CETE de l’Ouest ont préparé à l’intention des services départementaux les compléments à insérer dans le classeur pédagogique diffusé fin 2008, avec une adaptation départementale concernant l’aléa local, les populations concernées et la nature des constructions. Ces compléments sont en cours de diffusion dans les services.
  • kit d’information des collectivités : Destiné à donner aux collectivités les éléments essentiels nécessaires à l’accompagnement de la sortie des textes réglementaires et à l’accomplissement des actions à conduire en matière d’information préventive, de délivrance des permis de construire et de gestion de crise, il est découpé en 7 séquences pour une séance de 2 h. dans les départements. Afin de répondre à la question de la formation préalable des formateurs/animateurs de ces séances dans les départements, une formation à l’utilisation du kit est envisagée à l’échelon interrégional.
  • kit d’information des professionnels de la construction : Découpé en 8 modules pour une séance de 2 h. dans les départements, il est destiné à donner aux professionnels les éléments de connaissance de la sismicité   locale, des effets des séismes sur les constructions et de la réglementation, ainsi que ceux relatifs à la conception architecturale, réalisation et contrôle des bâtiments. Des réunions de présentation seront organisées dès la sortie des textes.
  • Plaquette « éléments non structuraux » : Il s’agit d’un document à destination du grand public pour les zones d’aléa faible, sous forme d’un dépliant A4 plié en 3.

Préparés en 2009, le projet de plaquette et les deux kits ont été récemment adressés aux membres du comité de pilotage pour observations en vue de leur validation.

TSUNAMI   INDONÉSIEN DE DÉCEMBRE 2004 / 5 ANS APRÈS

Le 26 décembre 2004, faisant suite à l’un des plus violents séismes jamais enregistré, un tsunami   ravageait les côtes de nombreux pays de l’océan indien, au premier rang desquels l’Indonésie. Cet événement dramatique qui fit plus de 280 000 victimes et causa des dégâts matériels considérables, constitua un véritable électrochoc dans le monde entier, donnant lieu à une mobilisation sans précédant aussi bien des humanitaires, que des politiques et de l’opinion publique. De nombreuses personnalités s’impliquèrent également telles que la chanteuse Madonna, les acteurs Georges Clooney et Matt Damon ou encore le joueur de tennis Roger Federer pour l’UNICEF.

En France, où l’émotion fut également très forte, le tsunami   de Sumatra suscita une réflexion sur les risques sismique et tsunami  , laquelle donna naissance au Plan-Séisme   en novembre 2005. A l’aube de la dernière année de ce programme de prévention du risque sismique  , intéressons nous à ce que sont devenues les populations touchées par ce drame.
Après la phase de secours immédiat aux victimes et de recherche des disparus, l’ampleur des actions à mener afin de permettre un retour à la vie dans les zones sinistrées semblait démesurée : relogement et approvisionnement des populations (près de 2 millions de déplacés), accès aux soins, relance de l’économie locale…
Très vite, les efforts conjugués des autorités locales et des humanitaires, soutenus par la générosité publique, ont permis d’entreprendre de nombreux projets couvrant aussi bien le domaine de l’habitat, que ceux de l’éducation, de la santé, de l’économie ou encore de la prévention des risques sismique et tsunami  .

Photo : Croix-Rouge française

A titre d’exemple, les équipes de la Croix-Rouge française ont pu mener à bien :

  • la construction de plus de 4 300 maisons offrant la capacité de reloger près de 25000 personnes ;
  • la construction de 56 écoles permettant la re-scolarisation de centaines d’enfants ;
  • la réhabilitation ou la reconstruction de 70 structures de santé ;
  • la mise en place de projets et de programmes innovants ;
  • la Croix-Rouge française a également contribué à relancer économiquement plus de 50 000 personnes par le commerce, l’artisanat ou la pêche et approvisionner en eau plus de 200 000 personnes.

Cinq ans après le tsunami  , l’ensemble des institutions mises en place afin d’évaluer l’ampleur des besoins à couvrir et de coordonner les actions à mener, indiquent que les besoins de leur pays sont couverts dans la plus grande majorité des cas.
Malheureusement, des rapports montrent que la présence massive des ONG internationales et des grandes agences des Nations-Unies a eu pour effet une explosion des prix dans les zones sinistrées, notamment concernant les produits de première nécessité. Ces rapports soulignent également que le désengagement humanitaire qui s’est opéré ces dernières années s’est accompagné d’une importante montée du chômage. Malgré cela, l’ONG Help-Doctor rapporte que la population locale dit avoir une meilleure qualité de vie par rapport à la période de conflit armé qui touchait la région avant le tsunami  .
Pour plus d’information sur les actions menées dans les zones sinistrées par le tsunami   du 26 décembre 2004 :

  • Bilan des actions menées par la Croix-Rouge française : rapport, vidéo ;
  • Bilan de l’ONG Help-Doctor : rapport.

AUTRES POINTS AU SOMMAIRE DE LA LETTRE DU PLAN SÉISME  

DOCUMENTS RÉCEMMENT AJOUTÉS SUR LE SITE INTERNET

Le texte intégral de la Lettre du Plan Séisme   peut être téléchargé ci-dessous en format pdf.

Lettre du Plan-Séisme - Janvier 2010 -  PDF - 334.2 ko
Lettre du Plan-Séisme - Janvier 2010

Archives