Actualités, Lettre du Plan Séisme

Lettre du Plan SéismeLettre du Plan Séisme - Décembre 2010

Mercredi 1er décembre 2010

Champagne 2 jpg

LE PLAN-SEISME EN PAYS-DE-LA-LOIRE

En application de la nouvelle carte de l’aléa sismique   de la France et du décret publié au Journal Officiel du 24 octobre 2010, la région Pays de la Loire est concernée par un aléa sismique   faible à modéré.

Ainsi, alors que la Sarthe et la Mayenne sont situées en zone de sismicité   très faible à faible, la Loire Atlantique, le Maine et Loire et la Vendée sont soumis, pour une partie ou sur l’ensemble de leur territoire, à un aléa sismique   modéré. A l’intérieur de ces zones de sismicité   (excepté pour les zones de sismicité   très faible), des règles de construction parasismique sont applicables aux nouveaux bâtiments, et aux bâtiments anciens dans des conditions particulières.

Nouveau zonage sismique en Pays-de-la-Loire
Nouveau zonage sismique en Pays-de-la-Loire

En termes de prévention des risques, et dans le cadre de la déclinaison régionale Grand-Ouest du Plan Séisme  , plusieurs actions de sensibilisation ont été mises en œuvre entre 2007 et 2009 afin d’informer l’ensemble des acteurs concernés :

  • Réunion d’information auprès des services de l’Etat ;
  • Réalisation et préparation de documents d’information, notamment l’Atlas Grand Ouest, compléments départementaux de la mallette pédagogique / classeur de communication, plaquette « éléments non structuraux à destination du grand public » ;
  • Préparation de sessions d’information à destination des professionnels de la construction et des collectivités territoriales.

Ces actions de prévention vont se poursuivre, et ce dès le début de l’année 2011 en vue de sensibiliser l’ensemble des acteurs (professionnels, collectivités territoriales, services de l’Etat et grand public) à la nouvelle réglementation parasismique, applicable dès le 1er mai prochain.

SEISME VENDEEN DU 25 JANVIER 1799

Le territoire de la région Pays-de-la-Loire a par le passé enregistré quelques séismes importants parmi lesquels le tremblement de terre   survenu en Vendée le 25 janvier 1799.

Ce violent séisme  , localisé dans le Marais Breton à proximité de Bouin, occasionna de nombreux dommages dans la région épicentrale, avec l’effondrement de pans de murs et l’écroulement de nombreuses maisons. Les dégâts semblent avoir été particulièrement forts dans les marais où la nature meuble du sol a probablement amplifié les secousses comme à Boin, à Machecoul ou au Bois-de-Céné.

Si les dégâts les plus notables associés à ce séisme   sont localisés dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres autour de l’épicentre, cet événement n’en a pas moins été ressenti dans la majeure partie de la moitié Ouest de la France jusqu’à Cherbourg, Orléans et Bordeaux.

Isoséistes du séisme du 25 janvier 1799
Isoséistes du séisme du 25 janvier 1799
(BRGM?-EDF-IRSN?/SisFrance, 2009)

Pour plus d’information sur la sismicité   historique de la France : www.sisfrance.net.

SEISMES PYRENEENS DE NOVEMBRE

Dans la nuit du 14 au 15 novembre 2010, la région pyrénéenne située entre Argelès-Gazost et Lourdes a enregistré une série de séismes modérés. Ainsi, entre le 14 novembre 23h et le 15 novembre 0h20, quatre séismes de magnitudes comprises entre 3,5 et 4,0 ont été enregistrés.
Ces séismes ont également été largement ressentis par la population, réveillant de nombreux habitants de la région. Selon les témoignages reçus par le BCSF?, il semble que le bruit associé aux séismes ait été assez fort et parfois effrayant, comparable en certains endroits à un coup de tonnerre.

Localisation du séisme principal de la séquence pyrénéenne de la nuit du 14 au 15 novembre 2010
Localisation du séisme principal de la séquence pyrénéenne de la nuit du 14 au 15 novembre 2010
(CEA?/DASE)

Suite à ces séismes, le personnel d’EDF a été immédiatement informé et a lancé toutes les opérations de contrôle et de surveillance des barrages situés dans la zone épicentrale afin de s’assurer du bon comportement des ouvrages.

Pour plus d’information sur la sismicité   de la France : www.sisfrance.net et www.franceseisme.fr.

FONCTIONNEMENT DU CSEM?

Le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen (CSEM) est une association internationale non-gouvernementale à but non lucratif hébergée par le Laboratoire de Détection et de Géophysique (LDG?) du CEA?. Il a été créé en 1975 afin notamment d’améliorer les déterminations de localisation et de magnitude   des séismes survenant dans la zone euro-méditerranéenne par une mise en commun des réseaux de surveillance sismologique.
Plus de trente ans après sa création, le CSEM compte aujourd’hui 84 réseaux membres (et près de 1800 stations sismologiques associées) issu(e)s de 55 pays, et couvre une large zone allant de l’Islande à la Russie, en passant par le sultanat d’Oman. Cette mutualisation des moyens de surveillance sismologique a permis au CSEM de mettre en place un système d’alerte opérationnel pour les séismes potentiellement destructeurs dans la région euro-méditerranéenne, ainsi que pour les grands événements sismiques au niveau mondial. Ce service gratuit est accessible à tous par simple inscription sur le site internet du CSEM.

Le CSEM publie également le bulletin sismologique Euro-Méditerranéen qui reporte les caractéristiques finales (à opposer aux caractéristiques préliminaires fournies en temps réel) des séismes de la région.

CSEM

Par ailleurs, le CSEM s’est engagé depuis plusieurs années dans une démarche de « Sismologie Citoyenne » consistant à impliquer les citoyens en les rendant acteurs de la surveillance sismique. Ainsi, les internautes sont considérés par le CSEM comme une importante source d’information, que ce soit par leurs témoignages de ressenti des séismes au travers du questionnaire macrosismique en ligne disponible dans 32 langues, par l’envoi de photos de phénomènes sismiques prises sur le vif, ou par leur simple connexion sur le site internet…
En effet, lorsqu’un séisme   est ressenti, le nombre d’internautes visitant le site internet du CSEM augmente brutalement, traduisant la recherche d’information sur le séisme   de la part des personnes qui viennent de le ressentir. Grace à une analyse de la fréquentation de son site internet (nombre de visites en fonction de leur localisation), le CSEM est ainsi capable de détecter avec précision et en quasi temps réel l’occurrence de séismes, ainsi que de déterminer leur localisation et l’étendue des zones de ressenti.

La prochaine étape de « Sismologie   Citoyenne » annoncée par le CSEM avec la collaboration de l’Université d’Edimbourg, est de tirer profit des accéléromètres présents dans les ordinateurs I-Mac afin de développer un réseau citoyen de surveillance sismologique…


DOCUMENTS RÉCEMMENT AJOUTÉS SUR LE SITE INTERNET

RUBRIQUES RECEMMENT MISES A JOUR


Le texte intégral de la Lettre du Plan Séisme   peut être téléchargé ci-dessous en format pdf.

Lettre du Plan Séisme - Décembre 2010 -  PDF - 1.5 Mo
Lettre du Plan Séisme - Décembre 2010

Archives