Risque sismique, Espace témoignages Accueil des visiteurs Hall principal : Du séisme au risque sismique Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Hall 2 : Ma maison parasismique Espace témoignages Amphithéâtre information - FAQ Esplanade : Qu'est-ce qu'un séisme

Espace témoignagesInterview de Marc Dumas

Jeudi 27 juin 2013

Marc Dumas

Contexte

Le commandant Dumas est conseiller technique départemental pour la spécialité sauvetage déblaiement et responsable départemental des équipes cynotechniques. Ses fonctions sont complémentaires à celle de chef du centre de secours principal de Salon de Provence.

Questions - Réponses

1/ Pouvez-vous nous indiquer quelles sont vos actions et formations dans le domaine de la gestion de crise post-sismique en France et à l’étranger ?

Le SDIS? 13 dispose d’une équipe spécialisée « sauvetage déblaiement ». Elle a été crée et remise à niveau lors de l’élaboration du Schéma Départemental d’Analyse et de Couverture des Risques. Le cursus initial de formation de tronc commun des officiers est tout particulièrement destiné aux gestions des crises. Le cursus de formation de la spécialité « sauvetage déblaiement » conduit les cadres à suivre une formation inhérente à la gestion des crises sismiques. Les cadres de l’équipe participent régulièrement (1 à 2 fois par an à l’encadrement de stage et à l’organisation d’exercices sismiques inter-départementaux. Nous avons notamment participé à l’exercice Richter 13 en qualité de membre du comité d’organisation et de participants.

De plus, nous participons régulièrement à des journées de sensibilisation sur le thème des séismes. L’État Français sollicite nos spécialistes pour des formations à l’étranger. C’est ainsi que deux officiers du SDIS ont suivi en complément de leur formation, des stages européens destinés à la gestion des crises.

2/ Quels sont les opérations significatives sur lesquelles vous êtes intervenues ?

L’équipe n’étant pas destinée à intervenir uniquement sur les séismes, elle intervient régulièrement sur des situations présentant des risques d’effondrements dont les origines sont variées à raison d’une dizaine de fois par an. A titre d’information, cette spécialité a été crée lors du deuxième conflit mondial pour secourir les victimes des bombardements. De manière générale, nos équipes médicales sont régulièrement sollicitées.

En ce qui concerne les interventions liées à une secousse sismique, nous sommes intervenu en Algérie lors du séisme   de Boumerdès (2003) et du tsunami   qui a touché l’Indonésie le 26 décembre 2004, ou un cadre de l’équipe a participé à la gestion de crise. Nous sommes également intervenus en 2002 sur l’ile de la Réunion à la suite du passage du cyclone Dina, qui en terme de destructions et de gestion de crise s’apparente fortement à une intervention post-sismique.

3/ Pouvez-vous nous détailler les principaux moyens humains et matériels dont vous disposez pour intervenir sur une mission de secours d’urgence post-sismique ?

Les moyens humains et matériels qui sont à notre disposition sont les suivants :

  • une équipe de sauvetage et déblaiement composée d’environ 200 sapeurs pompiers formés et régulièrement entraînés (32 heures par an au minimum),
  • 3 véhicules comprenant le matériel nécessaire à la recherche et la localisation des victimes ensevelies et les moyens nécessaires à leur dégagement,
  • une station de potabilisation de l’eau,
  • des équipements de soutien logistique pour nos personnels,
  • des équipes cynotechniques composées de 15 chiens et maîtres-chiens opérationnels,
  • des équipes médicales constituée de médecins, pharmaciens, infirmiers et des auxiliaires sanitaires,
  • un poste médical avancé et des dispensaires.

4/ Par rapport à une intervention courante de sapeurs-pompiers, quelles sont les principales spécificités d’une intervention de secours et de déblaiement post-sismique ?

Ces interventions sont caractérisées par un risque omniprésent d’effondrement, la présence de danger secondaire (eau, gaz, électricité, produits chimiques et radioactifs). Dans le cas d’un séisme  , les répliques   peuvent survenir à n’importe quel instant alors que nous sommes sous des décombres pour secourir des victimes.

5/ Est ce que, dans le cadre des rencontres entre « sapeurs-pompiers du monde », la problématique de l’organisation et de la gestion des secours suite à un séisme   est abordée ?

Nous participons à de nombreux échanges avec les autres pays afin de comparer nos techniques, nos matériels et nos méthodes. Aujourd’hui, les pays européens disposent de systèmes semblables. L’ONU? dispose d’un groupe de travail ayant pour objectif que toutes les équipes « search and rescue » aient le même référentiel.

Évacuation d'une victime lors d'un exercice de déblaiement sur Avignon
Évacuation d’une victime lors d’un exercice de déblaiement sur Avignon

Liens Utiles