Risque sismique, Espace témoignages Accueil des visiteurs Hall principal : Du séisme au risque sismique Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Hall 2 : Ma maison parasismique Espace témoignages Amphithéâtre information - FAQ Esplanade : Qu'est-ce qu'un séisme

Espace témoignagesInterview d’André Montes et de Fernand Kremer

Mardi 2 septembre 2008

MM. Montes et Kremer

Contexte

Fernand KREMER et André MONTES sont tous deux « Inspecteur Général de l’Education Nationale », du groupe Sciences et Techniques Industrielles. Au delà de leurs missions d’évaluation, de contrôle et de réflexion, ils sont membres d’un groupe de travail national, mis en place en 2006 dans le cadre du plan séisme  , pour favoriser la prise en compte du risque sismique   dans les formations du secteur de la construction (du niveau C.A.P.? au B.T.S.?). Ils sont à ce titre fortement impliqués depuis 2007 dans un cycle triennal de formation d’environ 300 formateurs, enseignants de ce secteur industriel, des lycées technologiques et professionnels à la construction parasismique.

Questions - Réponses

1/ Vous avez organisé en 2007 trois sessions de formation de formateurs à l’attention des enseignants de génie civil ? Quel bilan faites-vous de ces formations ? Qu’est-il prévu pour la suite ?

Le bilan est positif à tout point de vue :

  • tout d’abord quant au partenariat avec le MEDAD?. En effet, en s’appuyant sur les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, le B.R.G.M.? et le CETE? Méditerranée, il a permis la construction des contenus de formation et le choix d’intervenants remarquables quant au niveau scientifique et à la qualité pédagogique.
  • ensuite les observations unanimes des stagiaires (professeurs des lycées professionnels et technologiques, des IUT…) font état d’une satisfaction complète à l’issue des trois premiers stages de 5 journées très denses suivis pendant les congés scolaires.

Les trois sessions de formation de 2007 assurées pour des « formateurs de formateurs » de 10 académies du sud de la France seront suivies en 2008 (puis 2009) de trois autres afin que chaque académie dispose de professeurs en capacité de former leurs collègues de l’académie du secteur de la construction.

2/ Les enseignants formés doivent aujourd’hui transmettre à leurs collègues et leurs élèves les fondamentaux sur la construction parasismique, ce qui ne sera pas une tâche facile. Quelle assistance avez-vous prévue de leur apporter ?

Une action d’assistance pédagogique des enseignants a été réalisée. Elle consiste en la mise à disposition d’une boîte à outils très complète fournie à chaque « formateur de formateur » et mise en ligne sur le site internet du CERPET?. Cette boîte comprend : un CD des documents de formation de la session, la collection des cahiers parasismiques éditée par les Grands Ateliers, plusieurs ouvrages de référence (Construire parasismique de Milan Zacek….) ainsi qu’un jeu de maquettes pédagogiques (conçu par G. HIVIN - IUT de Grenoble). Cette boîte à outils sera mise à jour et complétée autant que de besoin à l’avenir.

Par ailleurs, l’organisation des formations de formateurs est l’occasion de constituer un réseau d’acteurs impliqués dans la formation à la construction parasismique. Ce réseau prend une forme locale par la création de groupes de travail académiques qui préparent la transmission des savoirs et savoirs faire auprès de leurs collègues et de leurs élèves. Il a également une dimension nationale en permettant de la diffusion d’information et des échanges entre tous les formateurs.

Enfin, une action visant à la valorisation des expériences des enseignants et la mutualisation des réalisations est engagée. Elle consiste à la mise à disposition, sur un site internet hôte, des productions des différentes équipes académiques.

L’identification de besoins spécifiques pourra donner naissance à d’autres initiatives.

3/ Quelle est la place de la construction parasismique aujourd’hui dans l’enseignement général et professionnel ? Des évolutions sont-elles prévues ? Quand pensez-vous que le risque sismique   et sa prévention apparaîtront dans les sujets d’examen ?

Les contenus de formation des diplômes professionnels sont définis et actualisés par les Commissions Professionnelles Consultatives (CPC) de chaque secteur industriel (par exemple la 5e CPC pour de nombreux métiers du BTP). L’évolution récente de la réglementation parasismique n’a pas encore permis d’y faire figurer de manière explicite le respect des ses règles. Cependant, il est en général fait mention, dans ces référentiels, de l’obligation de respect des réglementations en vigueur (acoustique, thermique, …). Dans ce cadre, les règles de construction parasismique sont évoquées.

Aujourd’hui et sans attendre que la prévention du risque sismique   fasse l’objet de questions dans les sujets d’examen nationaux, notre volonté est que les enseignants ayant suivi les formations de formateurs répercutent très rapidement auprès de leurs élèves les notions clés relatives aux règles et/ou dispositions constructives parasismiques.

Toutes les académies disposeront, dès 2009 de formateurs qualifiés ; la prise en compte d’un délai raisonnable de deux années indispensables à la démultiplication à tous en académie permet d’envisager que les sujets d’examens de la session 2011 prendront en compte « le parasismique ».

4/ En dehors des formations, d’autres actions en matière de prévention du risque sismique   ont-elle été initiées par l’éducation nationale ? Par exemple, des actions telles que l’étude de la vulnérabilité   aux séismes des écoles primaires ont été engagées par le rectorat et les académies de la Guadeloupe et de la Martinique (en collaboration avec la DDE?).

Dans les lois de décentralisation de 1982 et de 1983 les régions se sont vu attribuer la responsabilité de la construction (ou de l’extension), des grosses réparations et du fonctionnement des lycées ; les départements ont reçu les mêmes compétences pour les collèges, tandis que les communes continuaient de les exercer pour les écoles compétences pour les collèges, tandis que les communes continuaient de les exercer pour les écoles.

Les actions entreprises en Guadeloupe relèvent des obligations des collectivités locales propriétaires des établissements d’enseignement.

5/ La Martinique a tremblé le 29 novembre 2007. Quelle a été votre implication dans la gestion de ce séisme   : information par les acteurs locaux, assistance aux établissements d’enseignement de la Martinique … ?

L’inspection générale de l’Education Nationale a d’abord une compétence pédagogique et un rôle d’experts et de conseils auprès du ministre et des services. Nous n’avons pas mission de conseil ou d’intervention, sauf si nous sommes requis par le ministre, auprès des responsables territoriaux (Ce qui n’a pas été le cas en Martinique).

Photo prise lors de la formation de Lyon en novembre 2007
Photo prise lors de la formation de Lyon en novembre 2007

Liens Internet associés