Risque sismique, Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Accueil des visiteurs Hall principal : Du séisme au risque sismique Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Hall 2 : Ma maison parasismique Espace témoignages Amphithéâtre information - FAQ Esplanade : Qu'est-ce qu'un séisme

Exercice de crise sismiqueBilan des exercices RICHTER

Vendredi 26 avril 2013

Entretien avec à E. CROCHET, Chargée de mission risques telluriques à la DGSCGC?

6 ans et 7 éditions après le premier exercice, quel bilan tirez-vous du programme RICHTER ?

Ces exercices ont permis aux préfectures concernées de s’approprier un peu plus ce risque qui n’est souvent pas le risque majeur de leur département.

L’ensemble des acteurs ayant participé à ces exercices dans les différents départements, que ce soit les services de la préfecture mais aussi l’ensemble des autres services et même les communes, a profité de ceux-ci pour améliorer leur gestion d’une crise sismique. Que ça soit par la rédaction ou la révision d’un plan communal de sauvegarde (PCS?) pour les communes ou du plan ORSEC? séisme   pour les préfectures.

Les retours très positifs de ces exercices nous encouragent à continuer cette politique d’un exercice par an dans les départements situés en zone sismique moyenne à forte dans le nouveau zonage.

Constatez-vous une évolution dans la gestion opérationnelle de la crise sismique telle que « simulée » lors de ces exercices ?

Les retours d’expérience des exercices RICHTER permettent d’améliorer en permanence le dispositif de gestion de crise. De plus, lors de chaque exercice, le département concerné suivant est associé en tant qu’observateur. Cette immersion va lui permettre d’appréhender les problématiques spécifiques liées à ce type de crise. Il pourra alors se servir des enseignements de l’exercice pour travailler à la préparation de son propre exercice RICHTER.

A l’inverse, vers quoi évoluent aujourd’hui ces exercices ?

Le premier exercice était purement un exercice cadre, « sur table ». Depuis chaque exercice a apporté de la complexité en incluant des nouveaux éléments, tels que chantiers de manœuvre sur le terrain et/ou un travail en « réel » avec les communes impactées.

La dernière « nouveauté », mise en place lors du dernier exercice RICHTER 65, a été de travailler en deux temps. La seconde phase de l’exercice a permis de se transporter quelques heures à quelques jours après le séisme   afin de réfléchir sur l’anticipation et de retour à la normale.

Sommaire