Sciences, Laboratoire de recherche Accueil du Campus Point Info-Projets Observatoire Laboratoire de recherche

Laboratoire de rechercheApproche sociétale

Mercredi 27 octobre 2010

Outre la caractérisation des phénomènes physiques mis en jeux par les séismes (mouvements du sol, endommagement des ouvrages, etc.), la prévention du risque sismique   nécessite également d’étudier les interactions que la société entretient avec les séismes et leurs conséquences. Il est par exemple important d’être en mesure de mettre en évidence les modalités d’appropriation du risque, les conditions d’appropriation des outils de prévention existants ou encore les processus permettant l’opérationnalisation de ces outils. Par ailleurs, un grand champ de recherche est axé sur la notion de résilience.

Ainsi, la recherche menée pour améliorer la prévention du risque sismique   ne fait pas intervenir que des sismologues, des physiciens ou des spécialistes du génie parasismique de la sécurité et de la gestion de crise,, mais fait également appel à des experts intervenant dans des domaines tels que la psychologie, la sociologie, les sciences politiques, les sciences de la communication ou le droit.

Dans ce contexte, le Ministère de l’Ecologie a lancé en 2003 un appel à propositions de recherche nommé « Risques, décision, Territoire » (RDT), ayant pour objectif de répondre à la question : Quel appui scientifique apporter aux acteurs locaux pour gérer les risques naturels et industriels d’un territoire ?

De nombreux projets de recherche ont également été menés en France ces dernières années, tel le projet REVDOU qui porte sur l’élaboration, par la communauté scientifique des sciences humaines et sociales, d’outils de sensibilisation et/ou réglementaire permettant la réduction opérationnelle de la vulnérabilité   sismique des personnes.

En 2010, le projet « Flash » de l’ANR? consacré au séisme   destructeur en Haïti a par ailleurs mis l’accent sur ces problématiques « sociétales » en finançant des projets tels que RECREAHVI, qui vise notamment à évaluer la résilience chez les adolescents haïtiens victimes du séisme  .