Prévention, Espace Construction Accueil visiteurs Plan du Salon Espace Plan Seisme Antilles Espace Information Espace Construction Forum des partenaires Espace Tsunami Espace Concertation

Atelier 2.3 - Améliorer le respect de la réglementation parasismique.2.3.3 - Méthodes d’auscultation non destructives pour le contrôle des bâtiments

Mardi 28 août 2012

Maitrise d’ouvrage

DGALN? (Direction Générale de l’Aménagement du Logement et de la Nature)

Maitre d’oeuvre

Contexte

Cette action se déroule dans le cadre de l’atelier 2.3 (Améliorer le respect de la réglementation parasismique), qui a pour but de convaincre les maîtres d’ouvrage du caractère obligatoire de la réglementation parasismique.

L’objectif est de disposer d’outils opérationnels d’auscultation pour contrôler les bâtiments à risque normal. Cette auscultation, réalisée en cours de construction ou a posteriori, permettra de connaître les caractéristiques des constructions existantes, récentes ou anciennes, d’évaluer leur résistance aux séismes (diagnostic) et, le cas échéant, d’émettre des recommandations de consolidation. Une attention particulière sera portée sur le coût de cette auscultation. Actuellement, l’expertise d’une maison individuelle coûte de 8 000 à 11 000 €, tarif trop important pour la majorité des propriétaires. Le but est de ramener ce montant à moins de 1 000 € en utilisant des méthodes plus légères et en groupant les auscultations non destructives sur des ensembles de bâtiments. L’auscultation non-destructive est une piste à explorer pour atteindre ces objectifs.

Il conviendra de :

  • Réaliser une synthèse des méthodes d’auscultation non-destructive existantes ;
  • Elaborer un guide des méthodes d’ores et déjà utilisables qui explicitera pour chaque méthode à quel type de contrôle elle est destinée et estimera son coût ;
  • Favoriser l’industrialisation des méthodes adaptées aux besoins du contrôle de la qualité de la construction ;
  • Développer la mise au point de méthodes légères peu onéreuses.  [1]

Réalisation

[1Le BRGM? et le CETE? de l’EST participent conjointement à l’élaboration du guide de méthodes.