Prévention, Espace Information Accueil visiteurs Plan du Salon Espace Plan Seisme Antilles Espace Information Espace Construction Forum des partenaires Espace Tsunami Espace Concertation

Atelier 1.1 - Formation1.1.1 - Enquête sur les formations en génie parasismique

Mardi 28 août 2012

Maitrise d’ouvrage

DGPR? (Direction Générale de la Prévention des Risques)

Maitre d’oeuvre

BRGM? et AFPS?

Contexte

Cette action se déroule dans le cadre de l’atelier 1.1 (Former), qui intervient entre autres au niveau des formations scolaires et professionnelles en génie parasismique.

La formation initiale et continue des acteurs de la construction parasismique (architecte, artisan, chef de chantier, ingénieur, ouvrier…) est encore peu développée. Elle devra aller au-delà d’une simple sensibilisation aux difficultés et contraintes du dimensionnement parasismique. Des outils pédagogiques adaptés aux compétences attendues de chaque acteur devront être mis à la disposition des enseignants.
Le préalable à un renforcement de la formation est l’identification de la situation actuelle, c’est à dire un état de l’art visant à déterminer qui forme qui, sur quoi et où, c’est précisément l’objet de la présente action 1.1.1.

Actions du BRGM

Il s’agit de faire l’inventaire des formations existantes en génie parasismique, que ce soit sous forme de formations initiales ou de formations professionnelles continues.
L’enquête a pour but d’identifier les différentes formations académiques post-baccalauréat et les formations professionnelles continues actuellement existantes et couvrant l’ensemble des activités liées au génie parasismique, à savoir :

  • Étude de l’aléa sismique   (tectonique, sismologie  ),
  • Etude des sols (géologie, géotechnique, géophysique),
  • Calcul et étude des structures,
  • Construction.

Actions de l’AFPS

Le MEDAD? a confié à l’AFPS une mission d’enquête sur les formations existantes au niveau des deuxième et troisième cycles universitaires.
À cette fin, il est constitué au sein de l’AFPS un Groupe de Travail spécifique « formation parasismique » qui aura les objectifs suivants :

  • Mettre à jour le recensement des formations existantes et organiser sa classification en fonction de la cible visée ;
  • Proposer un dispositif d’identification de ces formations, dans le cadre de la politique de capitalisation des connaissances parasismiques que veut développer le ministère en charge du développement durable ;
  • Proposer des recommandations d’évolution du dispositif de formation, en fonction de l’identification des besoins éventuellement mis en évidence par ce recensement.

Réalisation :

Cette action est achevée et les rapports parviennent aux conclusions suivantes :

  • enquête BRGM : Il ressort assez nettement qu’en France, les formations « professionnalisantes » visant des études de courtes durées ne sont pas portée par une culture du Génie Parasismique. Lacune, bon sens, ou simple adaptation à une sismicité   modérée ? Avec le passage imminent à l’Eurocode 8, une comparaison avec d’autres pays européens à sismicité   identique pourrait apporter une vision objective de la qualité des formations existantes en France.
  • enquête AFPS : Les formations existantes au niveau des 2éme et 3éme cycles universitaires contenant des modules relatifs au génie parasismique en France ont pu être recensées. Plus de 50 formations ont été recensées entre les écoles d’architectures, les écoles d’ingénieurs et les masters universitaires. Une première conclusion de ce rapport est que les domaines de l’aléa sismique   et du génie civil parasismique sont relativement bien couverts en France. Cependant, il y a un manque de formations réellement transverses proposant des modules approfondis en aléa et en génie civil. De plus, les aspects sociaux-économiques du risque et les problèmes de réhabilitation, confortement des bâtiments semblent peu abordés dans les formations.

Bibliothèque