Lettre du Plan Séisme, Lettre du Plan Séisme - 1er trimestre 2019

Lettre du Plan Séisme - 1er trimestre 2019Lettre du Plan Séisme - 1er trimestre 2019

Sommaire
Texte intégral de la Lettre du Plan Séisme au format pdf.
Texte intégral de la Lettre du Plan Séisme au format pdf.
Sismo Actualités - Refonte site internet

- Sismicité récente

- Exercice CaribeWave 19

- Restitution de la mission Post-sismique à Lombok

- ANRN-2019

- Le chiffre : 2676

Pour finir… - Semaine SISMIK et Journées REPLIK 2018 (Antilles)

- Allô la FAQ ?

- QUEZACO ? : OBS

Actualités Des nouvelles du site internet du Plan Séisme  
Comme annoncé dans la lettre du troisième trimestre de 2018, une réflexion est en cours sur la refonte du site. En parallèle de ces travaux, l’infolettre va s’adapter pour la durée de cette période de transition. Quatre numéros sont prévus cette année, mais seuls le deuxième et quatrième comprendront un dossier, les autres se concentreront sur les actualités.
Retour au sommaire

Sismicité   récente
Séisme   de Jonzac : Le 20 mars 2019 à 10h56, un séisme   a été assez largement ressenti sur une large partie du territoire de Nouvelle Aquitaine. Son épicentre se situe dans le département de la Charente-Maritime, à 35 km environ à l’Est de Pauillac (33) et environ 13 km au SE de Jonzac (17).

La magnitude   locale Ml a été établie par le RéNaSS? et le CEA?/LDG? à 4.9. Un phénomène régional particulier qui induit une atténuation des ondes sismiques plus faible que dans le reste du territoire fausse les estimations de Ml. Ainsi, la magnitude   de moment Mw - directement reliée à l’énergie du séisme   – est estimée à 3.7 (IPGP?, GéoAzur). D’autres séismes ont eu lieu dans cette zone en 2005 et 1972. Les effets du séisme   ont été principalement ressentis dans un rayon de 100 km autour de l’épicentre, avec une intensité à l’épicentre estimée à IV sur la base des témoignages collectés par le BCSF? sur leur site internet, ce qui correspond à des secousses largement ressenties par la population.

L’épicentre est situé en zone de sismicité   faible selon le zonage règlementaire, où ce type de petits séismes est possible. Avec une intensité épicentrale de VII et des dommages au bâti, le séisme   de l’Entre-Deux-Mers du 10 août 1759 demeure le séisme   historique le plus important dans cette région.

Poursuite de la crise sismique à Mayotte : Comme indiqué dans les précédentes infolettres, Mayotte est secouée depuis le 10 mai 2018 par les incessantes secousses d’un essaim sismique. A ce jour, le phénomène est toujours en cours.

Depuis plusieurs mois, la communauté scientifique se fédère pour comprendre le phénomène et répondre aux interrogations qui en découlent. Le déploiement de nouveaux instruments à terre a été réalisé au mois de mars : il s’agit de trois stations larges bande et de stations GPS à terre. Deux stations accélérométriques ont aussi été redéployées et équipées de transmission temps réel, ainsi qu’une station large bande et un GPS sur l’île des glorieuses. Enfin, 6 stations fond de mer (OBS) ont été installées en mars et seront redéployées en avril pour affiner la zone d’observation à partir des premières mesures. L’intégration de ces nouvelles données dans le réseau d’observation permettra de mieux localiser et caractériser les séismes et d’affiner le catalogue. Des données plus précises sont également attendues pour améliorer la compréhension du contexte local (vitesses, type de signaux).

Largage d'un OBS au large de Mayotte, mars 2019
Largage d’un OBS au large de Mayotte, mars 2019
Source : C Mucig, DEAL Mayotte
Retour au sommaire

Exercice tsunami   pour la Caraïbe
Les pays côtiers de la mer des Caraïbes ont organisé le 14 mars sous l’égide de l’UNESCO un exercice visant à évaluer et actualiser leurs plans de réponse aux tsunamis. Cet exercice avait pour but de tester le système d’alerte rapide aux tsunamis et aux autres risques côtiers de la région, mis en place en 2005 sous l’égide de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO. Ces exercices, effectués chaque année, ont pour but de tester l’efficacité des dispositifs d’alerte pour les acteurs chargés de la gestion des situations d’urgence dans la région. CaribeWave

Baptisé Caribe Wave 19, cet exercice a suivi un double scénario. Le premier prévoit la survenue d’un tsunami   provoqué par un séisme   de magnitude   6.0 associé pour la première fois à un événement volcanique : l’éruption sous-marine du Kick’em Jenny suivi d’un glissement de terrain. Le deuxième scénario porte sur un séisme   de magnitude   8.5 dans le prisme d’accrétion du nord de Panama.

Des messages fictifs ont été émis par le Centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique (PTWC) et envoyés aux 46 pays et territoires participants. Cet exercice a mobilisé des représentants des structures nationales d’alerte, des services de secours d’urgence, des bureaux de prévision météorologique et des garde-côtes. Une spécificité de l’exercice 2019 est d’avoir impliqué activement des écoles et des établissements hôteliers.

Les données de la National Oceanic and Atmospheric Administration font état de 75 tsunamis ayant eu lieu dans les Caraïbes durant les cinq siècles écoulés. Ils ont entrainé plus de 3 500 morts depuis le XIXe siècle. Les tsunamis peuvent être générés par un tremblement de terre  , un glissement de terrain ou l’activité volcanique. L’évolution démographique et l’afflux de touristes dans les zones littorales ces dernières décennies rendent le risque d’autant plus important aujourd’hui.

Une conférence-débat a été organisée à cette occasion le 19 mars en Martinique sur le thème « les potentielles sources de tsunami   dans les Petites Antilles ».

Retour au sommaire

Restitution de la mission post-sismique de l’AFPS? à Lombok
L’ile de Lombok en Indonésie, a connu, entre juillet et août 2018, une série de séismes importants, dont quatre avec des magnitudes comprises entre 6.4 et 7. Ils ont causé la mort de 560 personnes, des milliers de blessés et des dégâts matériels très importants.

Une restitution de la mission post-sismique conduite par l’AFPS à Lombok s’est tenue à Paris le mardi 19 mars 2019. Les participants à la mission ont exposé leurs observations sur la sismicité  , les conséquences du séisme   et la gestion de l’urgence par les acteurs de la protection civile indonésienne. De nombreuses similitudes peuvent être trouvées entre le contexte de l’Indonésie et celui des Antilles : contexte sismotectonique (zone de subduction  , sismicité   intraplaque, zone de volcanisme), contexte insulaire, techniques de construction. Les présentations se sont attachées à établir un retour d’expérience qui pourrait être utile aux Antilles.

Lien vers le rapport de mission.

Retour au sommaire

Assises nationales des Risques Naturels
Les 25 et 26 mars 2019 se sont tenues à Montpellier les Assises Nationales des Risques Naturels. Ces assises réunissent tous les deux ans les acteurs de la prévention des risques naturels (collectivités territoriales, services de l’Etat, professionnels de la gestion des risques, scientifiques, représentants de la société civile, etc…) pour échanger et débattre sur l’état de la situation et les perspectives de réduction des catastrophes. Elles doivent permettre une meilleure appropriation des actions relatives aux risques naturels par l’ensemble des parties prenantes et une plus grande efficacité des démarches collectives de réduction des risques. Ces assises sont aussi l’occasion de contribuer au développement d’une culture commune du risque en mutualisant les connaissances des différents acteurs intervenant dans les domaines concernés par la prévention et la gestion des risques naturels.

Le fil rouge de l’édition 2019 des ANRN était "l’adaptation des territoires pour une société résiliente".

Retour au sommaire

Le chiffre : 2676
C’est le nombre de témoignages reçus par internet par le BCSF pour le séisme   de Jonzac du 20 mars 2019.
Retour au sommaire

Pour finir… Ca s’est passé par chez vous
Semaine SISMIK et Journées REPLIK 2018 (Antilles)

Dans le cadre de leurs actions de sensibilisation au risque sismique  , les DEAL de Guadeloupe et de Martinique organisent des semaines dédiées à la sensibilisation au risque sismique  . En Martinique les Journées REPLIK se sont déroulées du 13 au 20 octobre 2018, avec pour la première fois cette année une caravane itinérante qui s’est déplacée dans différents établissements scolaires. En effet, le thème 2018 était ciblé sur la protection des enfants. Des formations aux gestes qui sauvent, des exercices d’évacuation en milieu scolaire ou périscolaire, un atelier avec simulateur de séismes et des présentations ont été préparés. En Guadeloupe a été organisée du 30 novembre au 7 décembre 2018 la Semaine SISMIK. Les activités au programme comprenaient des conférences, des projections, des expositions et des activités pour les plus jeunes.

Retour au sommaire

Allô la FAQ
Dans quelle mesure l’homme contribue-t-il au risque sismique ?

La contribution de l’homme au phénomène des séismes à proprement parlé est quasiment nulle, à l’exception de quelques cas spécifiques de sismicité   induite qui concernent généralement des événements de faible magnitude  

> Lire la réponse complète
Plus de questions-réponses dans la FAQ du Plan Séisme
Dossier sur la sismicité induite
Retour au sommaire

QUEZACO ?
OBS

Les OBS ou « Ocean Bottom Sismometer » (sismomètres de fond de mer) sont des appareils de mesures destinés à être déposés en fond de mer par un bateau, puis récupérés pour analyser les mesures qu’ils font pendant leur durée d’immersion (6 mois pour ceux largués à Mayotte). Ils sont constitués d’un bloc central contenant les instruments de mesure (géophone, hydrophone, capteur de pression, d’une centrale d’acquisition et d’un système de transmission acoustique) d’un lest pour permettre à l’appareil de descendre et de se positionner au fond de la mer et d’un flotteur équipé d’un système permettant de repérer l’appareil lors de son retour à la surface. Les OBS sont déployés en groupe sur une zone d’activité sismique sous-marine afin d’obtenir un réseau permettant de localiser et caractériser les mouvements sismiques.

Un OBS prêt à être immergé au large de Mayotte, mars 2019
Un OBS prêt à être immergé au large de Mayotte, mars 2019
Source : C Mucig, DEAL Mayotte
Plus de définitions dans le glossaire du Plan Séisme
Retour au sommaire