Risque sismique, Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Accueil des visiteurs Hall principal : Du séisme au risque sismique Hall 1 : Que faire en cas de séisme ? Hall 2 : Ma maison parasismique Espace témoignages Amphithéâtre information - FAQ Esplanade : Qu'est-ce qu'un séisme

Exercice de crise sismiqueExercice de crise sismique

Malgré la relative rareté des séismes graves survenant sur le territoire français, l’occurrence d’une telle catastrophe n’est pas à exclure. Se préparer à faire face à un tel événement dont les conséquences pour la population, l’économie et l’environnement sont dramatiques, est une mission essentielle de l’ensemble des acteurs concourant à la réponse de sécurité civile. Cette préparation est d’autant plus importante dans des contextes de sismicité   modérée tels que celui de la France métropolitaine, où les périodes de retour des séismes destructeurs limitent l’expérience des services concernés.

Dans le cadre du Plan Séisme   (2005-2010), la Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC?) devait réaliser un scénario départemental de crise sismique (SDCS) chaque année. Ces exercices, appelés « RICHTER », permettent, outre l’entraînement des services gestionnaires de la crise (préfectures, services déconcentrés, communes, établissements publics dont les établissements scolaires, etc.), une forte sensibilisation des acteurs et en particulier des collectivités locales. En effet, ces exercices sont basés sur un jeu de données réalistes, incluant une évaluation quantifiée des dommages et des estimations (qualitatives et globales) du nombre de victimes, permettant d’évaluer les capacités de réaction et d’intervention lors de différentes phases de la crise. Ceci permet aux acteurs de prendre conscience de la réalité du risque sismique   et des conséquences concrètes qu’il peut engendrer.

Les exercies RICHTER vus par Eric Appéré

Ces exercices contribuent par ailleurs à l’élaboration et l’actualisation des dispositions spécifiques « séisme   » du plan ORSEC?.

Bien que le Plan Séisme   soit terminé, la DGSCGC continue sa politique de réalisation d’un exercice par an auprès des départements situés en zone de sismicité   moyenne à forte dans le nouveau zonage réglementaire.

2Préparation des exercices2
Comme pour la réalisation de tout autre type d’exercice de sécurité civile, la définition des objectifs constitue le fondement des exercices RICHTER : outre les objectifs généraux qui viennent véritablement cadrer l’exercice, il faut également souligner l’importance des objectifs particuliers que peuvent se fixer chaque service joueur, lesquels viennent enrichir le scénario et permettent de tester de multiples procédures clés de la gestion de la crise sismique.

Ces objectifs peuvent concerner tout ou partie des quatre grandes phases que compte la gestion d’une crise :

  • Evaluation de l’ampleur de la crise et de ses impacts s’appuyant sur de multiples canaux de remontée d’informations ;
  • Gestion de l’urgence de manière concertée et centralisée avec une montée en puissance progressive ;
  • Gestion de crise dans la durée ;
  • Gestion post-crise afin de permettre un rapide retour à la normale.

A noter que ces objectifs doivent prendre en compte les spécificités des territoires affectés, qu’il s’agisse de spécificités naturelles conduisant à considérer des effets induits   tels que des mouvements de terrain, des tsunamis ou encore des avalanches, ou des enjeux particuliers posant la question des « effets dominos » ou des risques industriel et nucléaire.
Compte-tenu de ces objectifs, il convient ensuite de bâtir un scénario crédible tant sur le plan scientifique que sociétal. Concernant les exercices RICHTER, la DGSCGC confie ainsi au BRGM? la réalisation d’atlas de crise permettant une quantification spatialisée des dommages au bâti d’habitation et des victimes, à partir d’une modélisation d’un séisme   de scénario et de la prise en compte de la vulnérabilité   du bâti. Cet atlas garantit la crédibilité du scénario et offre un cadre pour la rédaction du script qui minute après minute, doit rythmer l’exercice.

L’une des spécificités des exercices RICHTER est d’impliquer l’ensemble des services et organismes devant jouer à la rédaction du script, ce qui permet une plus grande cohérence d’ensemble et une meilleure appropriation de l’exercice. Lors de cette phase de rédaction du script, les réseaux ainsi que les enjeux spécifiques en présence (installations SEVESO, etc.) sont également pris en compte.

2Mise en situation2
3Différents « niveaux d’exercice » …3
Le jour J, l’exercice RICHTER peut être réalisé avec différents « niveaux ». On distingue ainsi les exercices « cadres » qui consistent à tester la chaine de coordination de la gestion de la crise, les exercices « terrains » qui reposent sur des mises en situation sur le terrain (chantiers sauvetage/déblaiement, opérations de diagnostic, etc.), et « associant la population », ou enfin les exercices « cadre et terrain » associant les deux volets précédemment explicités.

L’un des intérêts des exercices RICHTER est précisément de permettre de mixer ces différents niveaux de jeu. Ainsi, les exercices à dominante « cadre » intègrent-ils par exemple le plus souvent quelques mises en situation sur le terrain.

3… Pour différents acteurs3
Les « acteurs » sont toutes les personnes qui jouent le rôle qu’elles devraient tenir en situation réelle. De ce fait, les exercices RICHTER sont l’occasion de rassembler de nombreux acteurs. Ainsi, à côté des partenaires traditionnels que sont les sapeurs-pompiers et les forces de police ou de gendarmerie, de nombreux opérateurs publics ou privés peuvent également être intégrés à ces exercices.

Il est en particulier très important d’impliquer les communes se trouvant dans la zone impactée par le séisme   de scénario, lesquelles peuvent elles-mêmes s’impliquer à différents niveaux selon leurs objectifs et les moyens qu’elles souhaitent mettre en œuvre. Ces exercices doivent notamment permettre aux communes de tester leurs Plans Communaux de Sauvegarde (PCS?) ou de les aider à réfléchir à l’élaboration de ces documents.

Enfin, ces exercices constituent également une occasion particulière d’intégrer la population directement, en impliquant par exemple l’éducation nationale, en mettant en œuvre les Plans Particuliers de Mise en Sûreté (PPMS?), ou encore en réalisant des exercices d’évacuation dans différents types de bâtiments.

2Retour d’expérience2
Comme pour tous les exercices de crise, le retour d’expérience est extrêmement important. Dans le cadre du programme RICHTER, ce retour d’expérience ne s’arrête pas à identifier les points ayant bien ou mal fonctionnés ainsi que des points d’amélioration. Ce retour d’expérience doit en effet permettre de définir la portée des objectifs des exercices à venir.

Les effets dominos que l’on peut constater sur un séisme   de grande ampleur démontrent en particulier qu’il est impossible de tout visualiser et de tout tester dans le cadre d’un seul exercice. Il faut donc évaluer avec beaucoup d’attention les exercices précédents pour tester un panel d’événements différents à chaque exercice.

Afin de faciliter la réalisation de ces retours d’expériences, des évaluateurs sont désignés pour chaque exercice avec pour rôle d’observer et d’analyser leurs déroulements.

A la suite des exercices RICHTER déjà menés à ce jour, des avancées notables ont été mesurées dans la prise en compte du risque sismique   par les collectivités territoriales au sein de leurs PCS, par les opérateurs dans leurs plans de continuité d’activité, et par les préfectures dans leur perception de la nécessité de redimensionner voire de déporter leurs centres de gestion de crise face aux potentielles conséquences des séismes.

Liste des exercices RICHTER realisés ainsi que leurs objectifs specifiques
ZonePériodeObjectifs spécifiques
Bouches-du-Rhône février 2007 Tester le COD pour un risque sismique  
Antilles novembre 2008 Tester les renforts locaux et nationaux et la gestion des décédés massifs
Hautes-Pyrénées avril 2009 Tester la chaîne de commandement depuis la commune jusqu’à l’Europe
Haut-Rhin février 2010 Tester le risque de suraccident et l’appel aux ressources des pays limitrophes
Isère avril 2011 Tester le déport complet du COD et du CODIS? dans une autre commune
Cadarache (13) février 2012 Tester la dichotomie des consignes entre le risque sismique   (évacuez et éloignez-vous des bâtiments) et le risque nucléaire (rentrez chez vous et confinez-vous)
Hautes-Pyrénées mai 2012 Manœuvre de grande ampleur avec l’Espagne et des renforts portugais et italien
novembre 2012 Tester la phase d’anticipation et de retour à la normale
Alpes-de-Haute-Provence octobre 2013 Tester la phase d’anticipation et de retour à la normale
Haute-Savoie juin 2014 Exercice intégré dans un exercice zonal (4 départements impliqués), avec pour but de tester le déport du COD, et de réaliser d’importantes manœuvres terrain pendant 36h

La méthode développée pour préparer les exercices RICHTER a fait l’objet d’un film consultable ci-dessous :

Plan Communal de Sauvegarde from planseisme on Vimeo.

2Guides de la DGSCGC sur les exercices de sécurité civile :2

Bibliothèque