Régions, Pavillon des régions Accueil Pavillon communal Pavillon des régions

AuvergneAuvergne

Les séismes en Auvergne

La Région Auvergne connaît une sismicité   modérée. Elle est classée dans une zone de sismicité   1a et 1b (zone de sismicité   très faible ou faible) par le décret du 14 mai 1991. La majorité de l’activité sismique se situe dans les massifs granitiques marqués par des fracturations. L’examen des séismes historiques montre toutefois deux événements majeurs (intensité   VIII) qui ont produit de très graves dommages en 1477 et 1490 avec notamment l’effondrement de bâtiments emblématiques : tours, clochers, églises (Notre-Dame du Port à Clermont, Sainte-Amable à Riom, Orcival,…).

Relevé des séismes en Auvergne de 1962 à 2001
Relevé des séismes en Auvergne de 1962 à 2001
Source OPGC? Clermont-Ferrand

Aujourd’hui, grâce aux instruments de mesure en place depuis 1962, la sismicité   de l’Auvergne est bien connue. En 40 ans plus de 2000 épicentres ont été localisés. 80 séismes ont été enregistrés en moyenne par an sur les dix dernières années. L’activité mesurée actuellement est faible et le réseau de sismomètres (17 appareils dont 4 sur l’agglomération clermontoise) de l’observatoire de physique du globe, rattaché au Réseau Accélérométrique Permanent (RAP?) du REseau NAtional de Surveillance Sismologique (RENASS) montre des manifestations souterraines d’intensité   moyenne inférieures à IV. Toutefois, un séisme   de magnitude   5 n’est pas à exclure . Il pourrait engendrer de sérieux désordres et produire des dégâts conséquents.

Le Plan Séisme   en Auvergne

  • LES TERRITOIRES CONCERNES

La réglementation parasismique ne concernait que quelques communes d’Auvergne. Les nouvelles dispositions vont s’appliquer sur quasiment l’ensemble du territoire auvergnat (cf. carte ci-dessous).

Nouveau zonage sismique en Auvergne
Nouveau zonage sismique en Auvergne
  • LES ACTIONS A ENGAGER

Pour répondre aux objectifs fixés par le gouvernement, l’Auvergne propose de développer une série d’actions visant à :

  • mieux informer les collectivités et les citoyens sur les nouvelles dispositions,
  • identifier et réunir les compétences dans le cadre d’un groupe de travail technique permanent,
  • informer et former les professionnels du BTP dès la parution du décret : concepteurs et bureaux d’études structures, parfaire les dispositifs de sensibilisation et de formation mis en place par l’Education Nationale,
  • approfondir les connaissances scientifiques de l’aléa en poursuivant et améliorant les observations.
  • dresser le bilan des connaissances techniques et apprécier la pertinence de celles-ci au regard des enjeux des nouvelles dispositions réglementaires. Engager des études techniques supplémentaires sur les territoires les plus exposés. Identifier les infrastructures et les superstructures les plus stratégiques et les plus vulnérables Réaliser et publier des schémas territoriaux du risque sismique   sur ces territoires. Affiner l’approche de l’aléa par des micro-zonages sur les zones particulièrement sensibles et envisager la réalisation de Plans de Prévention des Risques spécifiques.
  • BILAN DES ACTIONS 2008-2009

Outre la rédaction d’un cahier des charges visant à la mise en place, pour l’année 2009, d’une assistance à Maîtrise d’ouvrage et une mission d’inventaire des compétences, des études et des réflexions existantes sur la sismicité   en Auvergne, l’année 2008 a été principalement marquée par la préparation des services de l’Etat à la publication des décrets. Ainsi, deux des premières actions 2009 viseront la déclinaison départementale du classeur pédagogique et la définition d’une stratégie de communication commune et harmonisée pour les quatre départements. L’information des élus et des professionnels seront les activités principales du second semestre 2009.

Des contacts ont déjà été pris avec la municipalité de Clermont-Ferrand dans le cadre d’une étude de pré-diagnostic sur les microzonages sismiques. Les résultats de cette étude devraient conduire à sa généralisation sur les autres territoires les plus vulnérables.
Par ailleurs, il faut également souligner le lancement et le suivi de l’opération d’instrumentation du site du Lac Pavin qui présente des suspicions d’activités volcaniques profondes. Dans ce cadre, une convention a été passée avec l’Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand pour enregistrer et analyser la microsismicité profonde. L’Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand a ainsi investi dans l’acquisition de trois sismomètres portables de grande sensibilité complétant les dispositifs des réseaux en place. Ces équipements pourront être déployés, à la diligence du Préfet de Région, à tout moment sur d’autres sites pour mesurer d’éventuelles répliques   en cas de séisme   significatif.

Bibliothèque