Lettre du Plan Séisme - 3e trimestre 2016, Actualités

ActualitésActualités

Dans l’actualité de l’infolettre du 3e trimestre 2016 :

Actualités Lancement de la deuxième phase du plan séisme   Antilles
La ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat, Ségolène Royal, et la ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin, ont annoncé, lors du conseil des ministres du 27 juillet 2016, le lancement de la deuxième phase du plan séisme   Antilles.

Les Antilles françaises sont les régions de France où le risque sismique   est le plus fort. Les études menées depuis une quinzaine d’années ont montré un fort niveau de vulnérabilité   des populations antillaises et la nécessité d’agir rapidement.

PSA2 Face à ce constat, le Gouvernement a mis en place en 2007 le plan séisme   Antilles, dont l’objet est de mettre en sécurité le plus rapidement possible les résidents antillais. Ce plan se traduit principalement par des mesures de construction ou de renforcement parasismique, et comprend également des mesures d’éducation au risque, de formation professionnelle, de sensibilisation et de préparation à la gestion de crise. L’investissement nécessaire sur le bâti public est estimé à environ six milliards d’euros sur une durée d’une trentaine d’années.

La première phase du plan a permis de réaliser les diagnostics de vulnérabilité   et d’engager des opérations notables de confortement et de démolition / reconstruction sur des secteurs prioritaires du bâti public. Outre la construction de nouveaux logements sociaux et les opérations sur les établissements de santé, des travaux ont été réalisés sur des établissements scolaires, des bâtiments de gestion de crise et des logements sociaux, pour un montant d’environ 574 M€ (dont 350 M€ de l’État). Ainsi, 36 écoles primaires, 2 collèges et 2300 logements sociaux ont été mis en sécurité, et les états-majors des SDIS? de Guadeloupe et de Martinique, 4 casernes de pompiers et des bâtiments de gestion de crise de l’État reconstruits.

Toutefois, face à l’importance des travaux restant à conduire, le rythme d’ouverture des chantiers doit être amplifié. Ainsi, une deuxième phase du plan, pour la période 2016-2020, est engagée en étroite concertation avec les collectivités territoriales, dans l’objectif d’accélérer les réalisations pour mettre en sécurité plus rapidement les populations antillaises.

Pour cette deuxième phase, l’État prévoit de mobiliser globalement 450 millions d’euros (à travers le fonds de prévention des risques naturels majeurs, les différentes lignes de crédits budgétaires et les aides fiscales), soit une augmentation de 30% par rapport à la première phase, pour permettre la mise en sécurité d’un plus grand nombre de bâtiments vulnérables, notamment d’établissements scolaires, de centres de SDIS, de logements sociaux.

La concertation déjà bien engagée avec les collectivités territoriales sera finalisée sous le pilotage des Préfets, de façon à arrêter les objectifs et les financements complémentaires à ceux de l’État, notamment les fonds européens et ceux des collectivités.

Chacun est appelé à se mobiliser : compte tenu des enjeux considérables, le plan séisme   Antilles doit devenir une priorité collective, aussi bien pour l’État, les collectivités territoriales, que pour les citoyens antillais.

Pour plus de détails, consultez le compte rendu du Conseil des ministres du 27 juillet 2016, ainsi que le communiqué de presse du MEEM.
Retour au sommaire

Nouvelle exposition au musée de sismologie   de Strasbourg
A l’occasion du vingtième anniversaire du musée de sismologie   de Strasbourg, le Jardin des sciences et l’Ecole et Observatoire des sciences de la terre (EOST?) proposent une exposition intitulée « Sismo Strasbourg – un observatoire de la Terre ». Son objectif : inviter le visiteur à la découverte des étapes clés de l’histoire de cette science récente qu’est la sismologie   et lui permettre de mieux comprendre le contexte historique, politique et scientifique dans lequel la station sismologique de l’Observatoire a été fondée puis a fonctionné. Le parcours se poursuit dans la partie basse du musée – le cœur de l’observatoire sismologique où pendant près de 70 ans, les instruments ont mesuré les vibrations terrestres et qui constitue aujourd’hui un ensemble patrimonial unique sur le plan international.

Affiche de l'exposition Sismo Strasbourg - un observatoire de la Terre
Affiche de l’exposition Sismo Strasbourg - un observatoire de la Terre
Source : musée de sismologie de Strasbourg



« Sismo Strasbourg » : dans les années 1930, c’est par ces mots que commençait le télégramme publié chaque jour depuis la tour Eiffel et contenant les observations des tremblements de terre faites par l’Institut de Physique du Globe de Strasbourg. Ces mesures étaient réalisées dans les jardins de l’Université de Strasbourg, dans l’une des plus anciennes stations de sismologie   au monde. Fondé au tournant du 20e siècle, cet observatoire abritait les premiers appareils capables d’enregistrer des séismes lointains. Les sismologues y travaillèrent durant plusieurs décennies, jusqu’à ce que l’activité urbaine, devenue trop importante, impose l’installation des instruments hors de la ville. La station est alors transformée en musée dédié à la sismologie   et ouvre ses portes au grand public en 1996.

Pour plus d’informations sur le musée ainsi que pour une découverte de ses collections, rendez-vous sur son site internet. En outre, une collaboration entre le musée de sismologie  , le Jardin des Sciences et le Master Communication scientifique de l’Université de Strasbourg a donné lieu à la réalisation d’un documentaire en ligne retraçant l’histoire de la sismologie   en Alsace à découvrir en cliquant ici.

Retour au sommaire

Ouvrage « Séismes des Antilles »
seismes 1re couv medium Le risque sismique   aux Antilles est une réalité : ce livre de vulgarisation scientifique en rappelle les origines, l’histoire et les effets destructeurs, mais donne également les outils simples pour quantifier les séismes, et les clefs d’un comportement individuel et collectif responsable. Destiné à un large public et écrit par François Beauducel - qui a dirigé sept ans durant l’Observatoire volcanologique et sismologique de la Guadeloupe (OVSG?)- en collaboration avec des acteurs de la protection civile, Séismes des Antilles est un ouvrage largement illustré qui se veut un petit manuel de référence rappelant les grands principes de la tectonique des plaques  , des séismes, des tsunamis, du rôle des observatoires sismologiques, enrichis d’informations extrêmement concrètes et pratiques sur la prévention parasismique et l’organisation des secours.
Retour au sommaire

Le chiffre : 90
Le déplacement maximal, en centimètres, imputé au séisme   des Saintes du 6 novembre 2004, et ayant été observé le long de la faille   sous-marine dite « de Roseau » (du nom de la capitale de l’île antillaise de la Dominique). C’est le résultat d’une récente étude scientifique menée à l’aide d’un robot sous-marin.
Retour au sommaire